N°1 en Europe des motos et loisirs

Honda VFR 1200F „Lemmy“ – Transformation spéciale Louis

La transformation d'une routière sportive opulente

[HEADER: Honda VFR 1200F – Transformation spéciale Louis]
[IMAGE: Honda VFR 1200F]

Honda VFR 1200F : 

presque parfaite, elle est pourtant victime de notre équipe de mécaniciens Louis.

Le besoin éperdu de liberté

Partie à la recherche de perles cachées, l'équipe de mécaniciens Louis est de nouveau tombée sur un modèle Honda. Le modèle VFR 1200F sert de base à la nouvelle moto Louis. En effet, son moteur V4 très puissant est équipé en option d'une véritable technique de sport de compétition (voir encadré spécial). Honda a placé le moteur dans un carénage touring sportif très sophistiqué, si bien que l'on ne peut pas pratiquement pas le voir... Ce qui demande impérativement un déshabillage en règle !

Sitôt dit, sitôt fait. La VFR se retrouve complètement nue dans l'atelier de l'équipe de mécaniciens, une montagne d'éléments de carénage et de caches s'entasse sur l'établi. Les visages pensifs témoignent de la conclusion qui s'impose : les motos dotées d'un carénage intégral dès le départ ne peuvent pas être élégante une fois celui-ci retiré (car de toute manière, tout est bien caché). Mais ce ne sont pas les nombreux composants différents comme le vase d'expansion, les boîtes électroniques avec les gros faisceaux de câbles qui posent problème... Cacher tout cet attirail est un travail demandant de l'application. Sous l'habillage, nous avons plutôt mis à jour un cadre incroyablement massif avec des profils plus larges que la main. Pas vraiment la tasse de thé des esthètes. Seule une nouvelle robe peut édulcorer ce constat, même si cela n'était pas notre plan.

[IMAGE: Honda VFR 1200F – Transformation spéciale Louis]
[IMAGE: Honda VFR 1200F – Transformation spéciale Louis]
[IMAGE: Honda VFR 1200F – Transformation spéciale Louis]

Changement de programme : un nouveau cadre

Sam Wassermann, de chez Uno, a donc reçu pour mission de préparer l'un de ses châssis à treillis tubulaire de précision légendaires pour la VFR. Son œuvre pèse huit bons kilos de moins que le châssis d'origine. Acewell fournit de nouveaux moyeux de roues complétés par des rayons et des jantes Kineo. Avec le monobras oscillant, un vrai régal pour les yeux. Nous y avons ajouté une jambe de suspension YSS, puis nous avons envoyé le châssis roulant en Italie où les spécialistes des pots d'échappement de SHARK ont moulé ou plutôt forgé un système 4-1-2 merveilleux, mais avant tout puissant, autour du moteur. Le guidage du collecteur d'échappement complexe sous le moteur rappelle un nid de serpents.

Quand un métallo sauve le boulot d'un pro du tuning

La prochaine étape : l'atelier du spécialiste du tuning, Ulf Penner, à Brême, en Allemagne. Il remanie le collecteur d'admission et y intègre quatre trompettes d'admission ouvertes. Un vrai régal pour les yeux sur le moteur V4. Mais Ulf est triste, car un réservoir devra ensuite être fixé par-dessus et cacher les trompettes. Il réajuste ensuite complètement le réglage du moteur à l'aide du module Power commander.

L'équipe de mécaniciens affecte à Friedhelm Lammers, le magicien des pièces en aluminium pour les motos Louis depuis des années, sa mission habituelle qui consiste à s'occuper du carénage, du réservoir et de la selle, mais ça n'est pas tout : personne ne souhaite voir Ulf triste, les trompettes d'admission doivent donc rester apparentes ! Friedhelm relève le défi avec brio, comme vous pouvez le constater sur les photos.

La réunification

L'équipe de mécaniciens remonte ensuite toute la moto en l'équipant de composants Gilles, T&T, Xenolen, Highsider, LSL, TRW, etc. De nombreux nouveaux supports doivent être montés et l'ensemble du faisceau de câbles est remanié. Pour terminer, le peintre spécialiste de la customisation, Danny Schramm, pare la VFR d'un splash peint qu'il complète d'éléments cubistes réalisés au disque de meulage.

Le résultat global livre un son d'enfer, du pur heavy metal. Du Lemmy tout craché.

[IMAGE: Honda VFR 1200F – Transformation spéciale Louis]
[IMAGE: Honda VFR 1200F – Transformation spéciale Louis]

« DCT » : la technique de sport de compétition intégrée à la VFR

« Double Clutch Transmission », transmission à double embrayage, voilà le mot magique. Ça sert à quoi ? En tout cas, il n'y a plus de levier d'embrayage ni de sélecteur de vitesses. Le changement de vitesse se fait au niveau du commodo de gauche via un petit bouton. Ou alors, on laisse faire le boulot car le système DCT s'en charge très bien tout seul ! En mode sportif, il propulse votre bolide sans aucune perte de poussée lors du changement de vitesse à une telle vitesse que vous vous sentez tiré vers l'arrière et que votre seule préoccupation est de ne pas tomber. Pour les démarrages en trombe, vous devez vous entraîner, car en mode « pleins gaz », le système DCT embraye immédiatement et propulse violemment votre bolide vers l'avant, ou dans le décor.

Derniers articles visionnés

Vous n'avez consulté aucun article récemment.